L’espéranto

Aujourd’hui, j’ai envie de vous présenter un idiome tout à fait singulier qui répond au joli nom d’espéranto.

Il s’agit d’une langue construite créée par un ophtalmologiste polonais qui s’appelait Ludwik Lejzer Zamenhof. Ce dernier a présenté son projet en 1887 sous le nom delingvo internacia. Il utilisait le pseudonyme de Doktoro Esperanto c’est-à-dire le docteur qui espère. C’est la raison pour laquelle cette langue s’est popularisée sous le nom d’espéranto.

drapeau_esperanto

Le but de l’espéranto est de permettre à des personnes parlant des langues différentes de pouvoir communiquer facilement. Fondée sur une grammaire régulière ne comportant aucune exception, l’apprentissage de l’espéranto est d’une facilité déconcertante. Cette langue agglutinante utilise un système relativement simple de racines lexicales et d’affixes pour former ses mots.

L’espéranto est la seule langue construite qui est réellement pratiquée sur tous les continents et qui a donné naissance à une communauté active estimée entre 200 000 et deux millions de personnes. Grâce à internet, on assiste à un véritable renouveau de cette langue alternative. Les espérantophones peuvent désormais communiquer plus facilement. Il existe des sites dont l’interface est proposée en de multiples langues dont l’espéranto, par exemple Ipernity, une plateforme de blogs très populaire parmi cette communauté. Il existe également une wikipédia en espéranto qui s’appelle Vikipedio. À ce jour, Vikipedio compte 195893 artikoloj (articles).

zamenhof

S’il vous prend l’envie d’apprendre cette langue, je vous invite à parcourir le site i-kurso. C’est grâce à ce site que j’ai acquis les bases de cette langue et que je peux sans aucune difficulté lire n’importe quel article de Vikipedio. Je vous suggère de commencer par le cours en dix leçons et de continuer en lisant le roman pédagogique Gerda malaperis.

Kepler-186f

Il y a quelques jours, la NASA a annoncé la découverte d’une exoplanète aux caractéristiques tout à fait extraordinaires. Baptisée Kepler-186f, c’est une planète de la taille de la Terre qui orbite dans la zone habitable de son étoile. Il s’agit d’une planète tellurique (c’est-à-dire rocheuse) dotée probablement d’une atmosphère. De l’eau liquide coule peut-être à sa surface et elle est susceptible d’abriter la vie.

kepler186f

Kepler-186f est située dans le système solaire Kepler-186. C’est la cinquième planète de ce système comme l’indique la lettre f. Kepler-186a est le nom donné à l’étoile. La planète la plus proche est donc Kepler-186b, la deuxième planète est Kepler-186etc. Kepler 186-f gravite autour de son étoile, une naine rouge située dans la constellation du Cygne en un peu plus de 129 jours (période de révolution). Son rayon correspond à 1,1 fois celui de la Terre.

RedDwarfNASA

Kepler 186-f est situé à environ 490 années-lumière de notre soleil, soit 4,6 millions de milliards de kilomètres. C’est une distance considérable qui, en l’état actuel de notre technologie, nous empêche d’envisager une quelconque expédition. A la vitesse de 38000 km/h (la vitesse de croisière du vaisseau Apollo XI), il nous faudrait 14 000 000 d’années pour l’atteindre. Les astronomes ont déterminé sa position grâce à la méthode de détections des exoplanètes appelée transits mais il est encore impossible d’observer directement sa surface. Pour cela, il faudra utiliser des télescopes beaucoup plus puissants ou bien concevoir un vaisseau spatial capable de s’affranchir de la vitesse de la lumière.