T-UI launcher, un bel outil destiné aux geeks

Hier, figurez-vous que j’ai découvert une application parfaitement inutile puisqu’on peut fort bien s’en passer. Cela dit, elle comblera de joie toutes celles et tous ceux dotés d’une âme de geek.

Je possède un smartphone de fabrication chinoise en l’occurrence un Huawei P7 mini dont les fonctionnalités, bien que modestes, me satisfont amplement. Il s’agit d’un outil que j’utilise principalement aux aurores, d’abord comme radio-réveil (La sonnerie fait cocorico et chaque fois qu’elle retentit, j’ai l’impression de me réveiller au beau milieu d’une basse-cour!). Puis, une fois que j’ai les yeux ouverts et avant de me lever, j’aime bien rester quelques minutes au plumard et surfer sur les sites d’actualités. C’est comme si je lisais mon journal en fait.

Mon smartphone n’est pas un foudre de guerre. Il est doté d’applications basiques et je ne vous apprendrais rien si je vous dit que je les ouvre en effleurant différentes icônes. On appelle ça une interface graphique. Tout le monde connaît et tout le monde trouve ça bien pratique. Tout le monde? Non, il existe une irréductible communauté qui reste allergique aux interfaces graphiques. Ce sont les guiks.

Le gwik, ce qui lui plaît, c’est une console dotée d’un fond noir sur lequel défilent des lignes de commande lui donnant le sentiment qu’il maîtrise une science que ses congénères perçoivent comme de la sorcellerie. Le gwik n’a nullement envie de presser une icône pour ouvrir sa page facebook. Du reste, le gwik ne possède pas de compte facebook. Les réseaux sociaux ne sont pas trop sa tasse de thé. À la rigueur, le gwik pouète sur Mastodon. Il n’y a pas de terminal sur son smartphone et il trouve ça désolant…

Un Italien qui s’appelle Francesco Andreuzzi , a été sensible à la détresse de cette tribu et il a développé une application baptisée T-UI Launcher. Je me suis empressé de l’installer sur mon Huawei P7 et comment vous dire?… Ça a embelli ma journée!

Le fond d’écran de ma page d’accueil est devenu tout noir. Adieu les fioritures graphiques! Ça fonctionne comme un terminal Ubuntu. Pour ouvrir une application, il faut non pas presser une icône mais entrer le nom de celle-ci à la suite de l’invite de commande, ce qui est bien évidemment plus long. Pour vous donner une idée:

  • j’ouvre firefox en tapant firefox,
  • j’active le wi-fi en en tapant wifi active: true,
  • si je veux appeler Jürgen Schlagendorf, je tape call Schlagendorf Jürgen,
  • si je veux faire une recherche google, je tape search -g,
  • si je veux utiliser la lampe-torche intégrée, je tape Taschenlampe.

Au-delà du côté gadget, je trouve cette application très intéressante et la désinstallation n’est pas à l’ordre du jour. Passé le premier moment de confusion, on découvre des fonctionnalités bien pratiques telles que apps qui ouvrent une liste alphabétique de toutes les applications installées sur l’appareil et, croyez-le ou non, une liste est bien plus lisible que des icônes classées sans ordre. Du coup, j’en ai profité pour faire le ménage grâce à la commande uninstall. J’ai une vision claire de ce que je dois garder et supprimer.

Et puis, il faut bien reconnaître que ça a de la gueule! Donc, en guise de conclusion, je dirais: À adopter sans hésiter!

tui-2

tui5

Création d’une nouvelle rubrique, déménagement du blogue, changement de design et adoption du navigateur Vivaldi

Création d’une nouvelle rubrique, en l’occurrence un roman de science-fiction intitulé Le message.

Bonjour,

Il y a quelques années, je m’étais amusé à écrire les quarante premières pages d’un roman de science-fiction baptisé Le message. Il raconte l’interception de la sonde terrienne Pioneer 10 par une civilisation extraterrestre avancée : les Shaadis. Je viens de mettre la première page en ligne. et je vais essayer de publier une nouvelle page tous les deux ou trois jours. Continuer à lire … « Création d’une nouvelle rubrique, déménagement du blogue, changement de design et adoption du navigateur Vivaldi »

À la découverte de Zorin OS 12

Bonjour,

Je ne vais pas souvent trainer sur Distrowatch. J’y suis allé ce weekend pour constater qu’Emmabuntüs, la distribution que j’utilise au quotidien et qui me comble de joie, est classée à la 99ème place… sur 100! Petite satisfaction tout de même : Elle se maintient. Continuer à lire … « À la découverte de Zorin OS 12 »

Mes premiers pas avec Arduino

Bonjour,

Le week-end dernier, je suis parti à la découverte du jouet que le Père Noël m’avait balancé dans le conduit de la cheminée, en l’occurrence une carte Arduino et sa cohorte d’accessoires tous plus mystérieux les uns que les autres. L’honnêteté m’oblige toutefois à vous avouer qu’il s’agit d’une carte Elegoo, un clone chinois de la célèbre Arduino. Continuer à lire … « Mes premiers pas avec Arduino »

Archlinux : Finalisation de mon installation

Bonjour,

Avant-hier, j’ai mis en ligne un article pour vous narrer ma rocambolesque installation d’Archlinux. Après bien des péripéties, j’avais réussi à faire apparaître le bureau ci-dessous sur l’écran de mon vénérable Acer Aspire… C’était vilain comme tout. Continuer à lire … « Archlinux : Finalisation de mon installation »

Archlinux, une installation qui réserve bien des surprises!

Bonjour,

Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit mais je suis l’heureux propriétaire d’un vieil ordinateur portable qui vient de souffler ses 11 bougies, un ACER Aspire 5611 rafistolé au chatterton que je ressors parfois pour installer et tester quelque obscure distribution. Il tourne sur trois cylindres et, croyez-le ou non, l’embrayage n’a jamais été refait tout comme la courroie de distribution qui est d’origine. Des bécanes comme ça, on n’en fait plus.

aceraspire

Si je peux vous paraître un peu confus dans mes propos, c’est que malgré une nuit de sommeil, je suis dans un état de fatigue proche du burn-out… Et pour cause! Figurez-vous que je viens de passer la journée d’hier à installer Archlinux, le système d’exploitation des durs de durs.

Les ennuis ont commencé dès le matin. Je n’arrivais pas à installer l’image disque sur une clé USB. Ce n’est pourtant pas la première fois que j’utilise un créateur de disque de démarrage mais pour une raison que je ne m’explique pas, le boot me retournait toujours la même rengaine : pas de système d’exploitation détecté.

usb
La clé USB contenant l’image disque d’Archlinux.

Après avoir balancé ma souris contre le mur pris le temps de réfléchir à tête reposée, je me suis dit que ce serait une bonne idée de parcourir les forums à la recherche d’une solution. À quelque chose malheur est bon puisque j’ai découvert à cette occasion qu’on pouvait tout à fait se passer de créateur de disque de démarrage grâce à la commande dd. Quelques mauvaises langues prétendent que ces deux lettres sont la siglaison de data destroyer (destructeur de données). Ce n’est pas complètement faux puisqu’une simple inversion de lettres peut avoir des conséquences abominables sur votre disque dur. C’est pourquoi je vous conseille d’utiliser cette commande à jeûn.

sudo dd bs=4M if=/home/benoit/archlinux-2016.08.12-dual.iso of=/dev/sdb status=progress && sync

  • if signifie input file. C’est la source
  • of signifie output file. C’est la cible

Grâce à ce charabia, j’ai pu enfin lancer l’installation d’Archlinux. Pour ce faire, j’ai suivi le tutoriel de Mumbly58.fr et comme il y a une quantité substantielle de commandes à rentrer, je m’y suis repris à plusieurs fois. J’en oubliais toujours un morceau! Si vous aimez mettre les mains dans le cambouis, ça va forcément vous plaire! Vous allez :

  • créer les partitions,
  • monter les partitions
  • installer le système de base
  • utiliser pacman
  • chrooter
  • schtroumpfer le réseau wifi
  • etc…

img_20170107_220540

Et quand vous aurez fait tout ça et que vous allez rebooter, il ne vous restera plus qu’à installer tout le reste! Avec startx Vous allez commencer par créer une fenêtre graphique rudimentaire (une console en fait) qui vous permettra d’installer l’environnement de bureau que VOUS aurez choisi. Personnellement, j’ai installé LXDE, un environnement de bureau ultra léger.

Ça n’a pas été une partie de plaisir mais je suis très satisfait du résultat. Il y a juste quelque chose qui me dérange un peu… C’est que ça déconne à pleins tubes. Les fenêtres sont toutes bizarres. Lorsque j’ouvre une application, c’est d’abord un quadrillage qui apparait. Je ne peux fermer aucune fenêtre. je peux juste les réduire en gigantesques icônes vertes qui sont affreuses par-dessus le marché. Les fenêtres se chevauchent dans un chaos indescriptible…

Pour allumer l’ordinateur et parvenir jusqu’au bureau, c’est un véritable chemin de croix. Je dois lancer à chaque fois la commande wifi-menu, puis startx, puis lxsession sans oublier de remettre le clavier en français (setxkbmap fr). Quelque chose me dit que je ne suis pas au bout de mes peines…

screenshot-from-2017-01-07-20-20-48

screenshot-from-2017-01-07-20-16-41

Cela dit, je ne regrette absolument pas de m’être lancé dans cette installation. C’est passionnant et très instructif d’assembler pas à pas son système d’exploitation. J’ai vraiment appris des trucs notamment concernant le partitionnement. J’ai réalisé aussi à quel point Ubuntu était une distribution Linux grand public.

Si une bonne âme sait comment venir à bout des bugs graphiques expliqués plus haut, qu’elle n’hésite pas à se manifester. J’aimerais aussi savoir comment on prononce Archlinux. merci d’avance pour votre aide.